La cinémathèque de Corse

Festival Cinéma du réel. Vendredi 5 mai 2017 et Lundi 15 mai 2017 à la Cinémathèque de Corse.

Projection hors les murs.


Section compétition internationale, premiers films

PAGANI

Vendredi 05 mai 2017 à partir de 20h30.
Réalisé par Elisa Flaminia Inno.
Italie • Documentaire • 2016 • 52 min.
Pagani, près de Pompéi, sept jours après Pâques, les habitants célèbrent la Sainte vierge.
Des chants, des danses ancestrales, pendant plus de trente jours, les dévots se déplacent à l'unisson pour perpétuer la tradition. Fonzino est l'élu qui dirige le peuple.
Tout ça se mêle à la communauté gay à travers Biagino le chef de la communauté gay dévote.
Fête, débauche sur rythme de musique forment une catharsis marquant la naissance d'un nouveau printemps.

Section compétition française

Festival Cinéma du réel. Vendredi 5 mai 2017 et Lundi 15 mai 2017 à la Cinémathèque de Corse.
CHAQUE MUR EST UNE PORTE

Lundi 15 mai 2017 à partir de 20h30.


Réalisé par Elitza Gueorguieva.
France • Documentaire • 2017 • 58 min
Quand j’avais 7 ans, ma mère avait le don d’ubiquité.
Une fois par mois, elle se dédoublait... » La voix off du souvenir d’enfance inscrit dans un écrin féerique l’émission Version M, qu’animait la mère de la cinéaste à la télévision bulgare.
En puisant dans sa collection familiale de VHS, Elitza Gueorguieva 
documente de manière ludique et touchante la « transition démocratique » de la Bulgarie de 1989 à 1991, avant un retour au pouvoir des communistes.
Penseurs, hippies, étudiants et poètes commentent et chantent les bouleversements politiques L’atmosphère parfois kitsch de l’émission contraste avec la profondeur des considérations politico-philosophiques. Dans un numéro intitulé L’Espoir, la mère lit des questions de Max Frisch : « Aucune révolution n’a satisfait pleinement les attentes de ceux qui l’ont initiée.
En déduisez-vous que la grande révolution est inutile?
En fin de compte, quels espoirs sont les plus importants, les accomplis ou les déçus ? » Tressage plein d’humour
entre l’intime et l’historique, l’enfance et la désillusion d’une renaissance démocratique..


Charlotte Garson, critique