La cinémathèque de Corse

KinoPolska 2

le 29 et 30 Avril 2017 à la Cinémathèque de Corse.
2èmes Rencontres cinématographiques corso-polonaises.


En présence de Katia Barylak, présidente de l’association Platforma. En partenariat avec l’Institut polonais de Paris.

Suite au succès de la première édition (avril 2016), ces rencontres permettront de découvrir en avant-première 2 films du jeune cinéma polonais, l’oeuvre ultime d’Andrzej Wajda, et le dernier opus survitaminé de Jerzy Skolimowski (Quatre nuits avec Anna, Deep end, Le cri du sorcier, projetés lors de la première édition).
 

à partir de 18h00. Billeterie Tarifs Studio Cinéma.

 11 minutes

Réalisé par Jerzy Skolimowski.
Pologne, Irlande • Thriller • 2017 • 1h21
Avec : Richard Dormer, Paulina Chapko, Wojciech Mecwaldowski.

Un mari jaloux hors de contrôle, une actrice sexy, un réalisateur carnassier, un vendeur de drogue incontrôlable, une jeune femme désorientée, un ex-taulard devenu vendeur de hot-dog, un laveur de vitres en pause 5 à 7, un peintre âgé, un étudiant qui a une mission secrète, une équipe d'auxiliaires médicaux sous pression et un groupe de nonnes affamées.
11 moments de vie de citadins contemporains qui vont s'entrecroiser et s'entrelacer.


En partenariat avec Studio Cinéma.

à 21h00. Billeterie Tarifs Cinémathèque de Corse.

Strange heaven

En présence de Bartlomiej Topa.

Réalisé par Dariusz Gajewski.
Pologne • Thriller • 2015 • 1h47
Avec : Agnieszka Grochowska, Bartlomiej Topa, Barbara Kubiak.

Strange heaven se présente comme un thriller psychologique sur fond de cinéma social.
Ecrit par le réalisateur avec Michal Godzic, le scénario est centré sur un jeune couple polonais (Bartlomiej Topa et Agnieszka Grochowska) qui s’installe en Suède avec une petite fille âgée de sept ans (Barbara Kubiak), en espérant y avoir un meilleur niveau de vie que dans leur pays d'origine.
A la suite à quelques malentendus, ils reçoivent la visite d’une assistante sociale qui, après avoir observé le quotidien et les conditions de vie de l'enfant, trouve des raisons de la séparer de ses géniteurs à qui l'on retire le droit d'exercer leur autorité parentale..

Un récit qui a été inspiré aux scénaristes par des événements réels survenus à des personnes ayant migré dans les pays scandinaves. Comme l'a souligné le réalisateur, le film traite des différences de cultures et de critères éducatifs entre deux pays.
Dans quelle mesure l'attention sociale très poussée peut-elle tourner à l‘oppression ?
Telle est l'une des questions majeures posées par Strange heaven.

Dimanche 30 avril 2017 à 18h00. Billeterie Tarifs Cinémathèque de Corse.

The last family

Réalisé par Jan P. Matuszynski.
Pologne • Biopic, drame • 2017 • 2h03
Avec : Andrzej Seweryn, Dawid Ogrodnik, Andrzej Chyra.

Le premier long-métrage du jeune réalisateur polonais Jan P. Matuszynski, The Last Family pourrait être décrit comme la synthèse d’une émission de télé-réalité étalée sur 28 ans : le "Beksinski Show". Comme l’a assuré le réalisateur lui-même en conférence de presse : “Il n’est pas d’autre famille sur l’histoire de laquelle on ait autant d’informations”.
Cette quantité infinie de données sur la vie quotidienne de la famille est le fruit d’une documentation obsessionnelle de la
réalité de la part de Zdzislaw (impeccablement interprété par Andrzej Seweryn), qui dévoile tout son univers intime à travers des photos, des peintures, des lettres, des enregistrements et des films, sans pudeur et à travers son regard d’artiste. “J’aimerais que mes peintures soient comme des photographies de mes rêves”, disait Beksinski, célèbre pour ses inquiétants tableaux gothiques post-apocalyptiques.

à partir de 21h00. Billeterie Tarifs Cinémathèque de Corse.

Les fleurs bleues

Réalisé par Andrzej Wajda.
Pologne • Biopic, drame • 2017 • 1h38
Avec : Boguslaw Linda, Aleksandra Justa, Bronislawa Zamachowska.
Dans la Pologne d’après-guerre, le célèbre peintre Wladyslaw Strzeminski, figure majeure de l’avant-garde, enseigne à l’École Nationale des Beaux Arts de Lodz.
Il est considéré par ses étudiants comme le grand maître de la peinture moderne mais les autorités communistes ne partagent pas cet avis.
Car, contrairement à la plupart des autres artistes, Strzemiński ne veut pas se conformer aux exigences du Parti et notamment à
l’esthétique du « réalisme socialiste ».
Expulsé de l'université, rayé du syndicat des artistes, il subit, malgré le soutien de ses étudiants, l’acharnement des autorités
qui veulent le faire disparaître et détruire toutes ses œuvres.
.