La cinémathèque de Corse

Pierre-Yves Vandeweerd, le cinéma du réel. Samedi 18 novembre 2017 à partir de 20h30.Soirée en présence de Pierre-Yves Vandeweerd et en partenariat avec CINEMOTION. Salle Abel Gance.


[ MINUTES LUMIÈRE ]
N 49° 24" 24'…  Diane Sara Bouzgarrou
6h28 Carine May
Il palio • Maxence Vassilyevitch

Close district
Réalisé par Pierre-Yves Vandeweerd.
Belgique • Documentaire • 2004 • NB • 55 min
En 1996, je séjournai dans le village de Mankien, au sud-Soudan, pour y filmer la guerre.
Une fois sur place, la réalité m’est apparue différente de ce que j’avais imaginé.
La guerre qui se donnait à voir n’était pas seulement une lutte entre un gouvernement oppresseur et des minorités opprimées mais surtout un conflit larvé, régi par des intérêts économiques et de pouvoir.
Plus tard, j’ai appris que le village de Mankien avait subi un massacre, orchestré par le gouvernement de Khartoum,probablement avec la complicité de sociétés pétrolières occidentales.
Je me suis aussi rendu compte que la plupart de ceux et celles que j’avais filmés avaient perdu la vie…
Closed District est non seulement un film sur la guerre au sud Soudan, mais davantage encore sur les guerres en général, sur la mort et la détresse qui souvent en découlent.
Il pose aussi la question de la place du cinéaste dans une situation de conflit.

Pierre-Yves Vandeweerd, le cinéma du réel. Samedi 18 novembre 2017 à partir de 20h30.Soirée en présence de Pierre-Yves Vandeweerd et en partenariat avec CINEMOTION. Salle Abel Gance.
Pierre-Yves Vandeweerd est un cinéaste belge. Ses films s’inscrivent dans le cinéma du réel, ils ont été tournés dans plusieurs régions du monde : en Mauritanie (Némadis, des années sans nouvelles / Racines lointaines / Le cercle des noyés), au Sahara occidental (Les dormants / Territoire perdu), au Soudan (Closed district), et  en France sur les Monts Lozère (Les tourmentes).
Son dernier film, Les éternels a été réalisé en Arménie et au Haut-Karabagh.
Tournés pour la plupart en pellicule 16 et super 8 mm, ses documentaires réunissent, par un geste cinématographique poétique, des guerres et des destins oubliés, les limites de la raison, la condition humaine. Ils résonnent comme autant d’incursions aux confins du
réel. Depuis 2011, il collabore en tant que programmateur au festival Les Etats Généraux du documentaire de Lussas.
Depuis 2014, il enseigne à la Haute Ecole d’Arts et de design (Head) de Genève.