La cinémathèque de Corse

Jusqu'au bout du monde

Durée: 1h27


Film de François Villiers,d’après un roman inédit d’Elio Vittorini.
France, Italie. 1962. Noir et Blanc (Franscope).
Comédie dramatique.
Scénario: Fabio Carpi, Nelo Risi

Dialogues : Remo Forlami
Musique: Georges Delerue et Georges Moustaki.
Image: Marc Champion.
Production : .Les films Armorial : Simon Damiani, André Valio.
Interprètes: Pierre Mondy, Didi Perego et le petit Marietto.
Lieux de tournage : La Castagniccia • Bastia • Bonifacio • Porto-Vecchio • environs de Sartène • Patrimonio.Cargèse.

Un brave ouvrier du continent vient chercher en Corse son fils présumé.
La mère vient de mourir, l’enfant est âgé de neuf ans.
Pierre et Pietro ne se connaissent pas.
Pierre espère trouver l’endroit rêvé pour accueillir ce fils et poursuivre seul son chemin.
Sur les routes de Corse des liens se tissent entre l’homme et l’enfant.
Le roman de Vittorini est transposé de la Sicile à la Corse.
Entièrement tourné en Corse, le film explore la diversité des paysages insulaires.
A l’origine le film devait s’intituler « Un endroit rêvé », Pierre Mondy et le petit Marietto qui incarnent les deux héros principaux traversent un monde rude à l’image de la vie des deux protagonistes.

L’enfant est un orphelin, l’homme un solitaire sans port d’attache. Vision naturaliste de la Corse, on y découvre des scènes de vie agropastorale : l’exploitation des forêts, la fabrication du brocciu, un habitat traditionnel en pierre, des paysages de forêt et maquis, de montagne et de côtes… L’aspect documentaire des scènes, la « vérité » qui s’en dégage donne un ton plus « juste », plus vraisemblable au récit faisant de cet endroit rêvé une terre tangible.
L’enfant est un orphelin, l’homme un solitaire sans port d’attache.
Vision naturaliste de la Corse, on y découvre des scènes de vie agropastorale: l’exploitation des forêts, la fabrication du brocciu, un habitat traditionnel en pierre, des paysages de forêt et maquis, de montagne et de côtes…
L’aspect documentaire des scènes, la « vérité » qui s’en dégage donne un ton plus « juste », plus vraisemblable au récit faisant de cet endroit rêvé une terre tangible.

 


Tags : divers