La cinémathèque de Corse

Soirée Dario Argento le 4 et 7 mars 2019 à la Cinémathèque de Corse à partir de 20h30.



Suspiria
Film de Dario Argento Lundi 4 mars 2019 à 20h30 à la Cinémathèque de Corse.
Film interdit aux moins de 12 ans.

Italie • Suspense, horreur • 1977 • 1h35
Avec : Jessica Harper, Joan Bennett, Stefania Casini…

Version restaurée
Suzy, une jeune Américaine, débarque à Fribourg pour suivre des cours dans une académie de danse prestigieuse. A peine arrivée, l'atmosphère du lieu, étrange et inquiétante, surprend la jeune fille. Et c'est là qu'une jeune élève est spectaculairement assassinée. Sous le choc, Suzy est bientôt prise de malaises.
Dans la plus pure tradition du giallo - genre transalpin mêlant horreur, policier et érotisme mais loin de reprendre simplement les codes de ce cinéma d’exploitation, le réalisateur les amplifie pour nous emporter dans un trip sensoriel et hallucinatoire, avec l’aide du directeur de la photographie Luciano Tovoli. Puisant dans le cinéma de Mario Bava autant que dans l’expressionnisme
allemand, le film renforce cette artificialité en lorgnant du côté du conte de fées. Pour ajouter à l’angoisse provoquée par ces labyrinthes physiques et mentaux, la bande-son mythique du groupe Goblin ne cesse d’être utilisée à contre-emploi. Comme la caméra qui plane constamment sur cette bâtisse contaminée, la musique alliant chuchotements et instruments improbables à l’instar du bouzouki – illustre la menace invisible et permanente.
Sur le fond comme sur la forme, « Suspiria est un carnaval, une danse, un poème, et avant tout, un coup mortel à la suprématie de la logique et de la raison », soulignait l’universitaire Alexandra Heller-Nicholas.

 

Opera
Film de Dario Argento Jeudi 7 mars 2019 à 20h30 à la Cinémathèque de Corse.
Film interdit aux moins de 12 ans.

Italie • Suspense, horreur • 1987 • 1h47
Avec : Cristina Marsillach, Ian Charleson.

Version restaurée
Suite à l’accident de la cantatrice principale, une jeune chanteuse lyrique, Betty, est choisie pour interpréter le rôle de Lady Macbeth dans l’opéra de Verdi,oeuvre ayant la réputation de porter malheur. Commence une série de meurtres dans l’entourage de la jeune femme qui se voit poursuivie par un mystérieux fan possessif.
Opera (1987) est le seul demeuré inédit en salles en France. Cette absence de distribution coïncida vers la fin des années
80 avec le déclin d’Argento auprès de ses admirateurs, qui accueillirent avec dédain ce film pourtant très ambitieux, le plus cher et le plus complexe de son auteur. Plus que jamais destiné au grand écran (sa mise en scène en
cinémascope est ultra spectaculaire) Opera est de toute évidence l’un des films les plus personnels, et donc douloureux, de Dario Argento.
Opera est un film sans amour, cruel et morbide, qui instaure des relations viciées entre chaque 
personnage.
Le film regorge d’idées de mise en scène, les mouvements de caméra sont extraordinaires et la photographie

de Ronnie Taylor très inspirée. La gestion de l’espace, le décor labyrinthique de l’appartement ou l’immense
atelier de l’opéra créent une atmosphère oppressante autour de Betty.
La colonne sonore est une fois de plus obsédante avec des contributions de Bill Wyman, Roger et Brian Eno et Claudio
Simonetti qui participent à l’ambiance lourde et sombre du film.Malgré une distribution peu convaincante (sans doute des
2ème ou 3ème choix pour  Argento) ce sera la dernière fois qu’Argento exhibe une virtuosité qui n’est pas seulement la sienne,
mais aussi le savoir-faire de nombreux corps de métiers, techniciens, artificiers et décorateurs de l’industrie cinématographique
italienne. Opera est un ultime tour de piste, une démonstration parfois grotesque – la caméra qui voltige et tourne
sur elle-même au-dessus des spectateurs de l’opéra pendant la représentation de Macbeth – du génie artisanal du cinéma
italien, qui permit à Argento de donner libre cours pendant vingt ans à son inspiration baroque et tourmentée.
Soirée Dario Argento le 4 et 7 mars 2019 à la Cinémathèque de Corse à partir de 20h30.